Journal

Le guide pour pratiquer chez soi

Le guide pour pratiquer chez soi


Par où commencer et combien de temps pratiquer ?


Fixez vous un objectif, et une limite de temps !



L’idée de pratiquer seul, c’est de se prendre en main sans professeur pour vous guider. Alors, pour ne pas vous éparpiller, choisissez consciemment le terrain que vous voulez investir et tenez vous y. Votre pratique doit être pleinement dédiée à un objectif principal : “Je veux réviser le Tranky Doo”, “Je veux travailler l’improvisation”, “Je veux perfectionner mes kicks“, “Je veux apprendre cette variation ”, “Je veux me concentrer sur les tours “, “Je veux apprivoiser le haut de mon corps ”, “Je veux tester ce slide ” etc.

Il n’y a pas de fréquence idéale, c’est à vous de décider ! Ce qui est important, c’est la régularité. Certain.e.s peuvent s’entraîner jusqu’à deux ou trois heures tous les deux jours, d’autres préfèrent une tranche de vingt minutes quotidienne. Dans un cas comme dans l’autre, n’hésitez pas à fixer une fenêtre minimum. Viser “au moins 15 minutes par jour”, ou “au moins 1 heure par semaine” vous forcera à être assidu.e.s.

💡 Le conseil d’Audrey : “Quelques fois je peux me sentir moyennement motivée avant de pratiquer, mais il me suffit d'une musique pour me mettre dedans. C'est normal de se pousser un peu au début, avant que ça devienne une routine !“

💡 Le conseil d’Amélie : “En ce moment, je corrige mon côté "approximatif" en m'entraînant exclusivement sur des musiques très lentes (100 bpm maximum). Ça me force à faire chaque mouvement à fond.“

💡 Le conseil de Leïla : “Le moment qui est décisif pour moi, c’est l’échauffement. Réveiller mon corps en douceur est une étape essentielle pour que la pratique se passe bien. Je prends un bon quart d’heure pour m’étirer, faire quelques séries de kicks, avant de démarrer !“


💡 Le conseil d’Hugo : “Apprendre les routines les plus célèbres (Shim sham, Big Apple, Tranky doo, etc) permet d'avoir un objectif concret à réaliser en soirée dès que ce sera possible, je trouve ça motivant. “


💡 Le conseil d’Aï : “Je me suis créée une liste principale de choses que je pratique quotidiennement 5 jours sur 7. À cela, j’ajoute un ou deux petits trucs en bonus puisés de ma liste d’idées et je choisis ce qui m’inspire le jour même où la veille.”



A propos des exercices …


Inspirez vous, puis créez les vôtres !





Idéalement, c’est bien d’avoir plusieurs exercices dans son sac pour matcher notre humeur : certains jours, on est plus preneur de suivre une chorégraphie, d’autres jours, on préfère se focaliser sur de la technique, d’autres encore, on nage en pleine poussée créative. Voici quelques “schémas” d’exercices, sur lesquels vous pouvez vous baser :


Exploration des basiques - Choisissez un mouvement - admettons, un fall off the log - répétez ce mouvement en boucle, en changeant sa rythmique, en le faisant à l’endroit, à l’envers, inventez des variations,  testez le sur des tempos différents. Explorez toutes les possibilités autour d’un seul et même mouvement !


Semi-Improvisation - Lancez une musique structurée en 4x8. Chorégraphiez les trois premiers 8, et improvisez seulement le break (le dernier 8 de la phrase) ! L’inverse est aussi possible : imposez vous un break, et improvisez sur les trois premiers 8 de la phrase musicale. Cela vous permettra par la même occasion de travailler vos transitions.

Rythmique - Choisissez un rythme (vous en trouverez en écoutant de la musique). Inventez plusieurs manières de le marquer.

Style - Copiez une chorégraphie qui vous plaît (voir paragraphe suivant : Où trouver des idées), sans copier le style. Inventez une chorégraphie à partir de plusieurs enchaînements ou routines que vous avez aimé, et appropriez vous l’ensemble !

💡 Le conseil d’Audrey : “Je garde un même mouvement sur plusieurs 8 (par exemple un basic charleston) et essaie de varier les stylings dessus, notamment faire des choses que je ne fais pas d'habitude”

💡 Le conseil d’Anabela : “Pour oser travailler l'improvisation en solo, faire des exercices en progressant par étapes, et en faisant chaque étape sur un morceau ou un demi morceau. Première étape : changer de mouvement tous les 4x8 en alternant un charleston basique qui nous permet de réfléchir à ce qui arrive ensuite, puis un autre mouvement où on est moins à l’aise. Deuxième étape : on change de mouvement tous les 4x8 en s’interdisant les basiques. Troisième étape : on change de mouvement tous les 2x8, toujours en s’interdisant les basiques. Et enfin : on change de mouvement tous les 8 temps ! »


💡 Le conseil de Leïla : “C’est en explorant avec des exercices que j’ai appris à faire chaque step de façon active, en les confrontant et en les interrogeant sous tous leurs aspects, en les déconstruisant, plutôt que de simplement les exécuter“



Où trouver des idées, des inspirations pour nourrir mon style ?


Une shortlist de nos références favorites



Est-il besoin de rappeler que les internets sont une mine d’or. Non, par contre, on va vous dire où et comment chercher. Une petite sélection de nos ressources préférées et de nos méthodes de recherches :

Sur Youtube !

Vous voulez réviser vos basiques ? Allez voir la chaîne de la danseuse américaine Laura Glaess : elle y propose des échauffements, des basiques de solo jazz expliqués, et des footworks pour les followers et les leader. Vous pouvez aussi jeter un oeil à la vidéo Alphabetical Jazz Steps, de Chester Whitmore : cliquez sur les times codes sous la vidéo pour accéder au step de votre choix. Vous pouvez aussi tout simplement taper le nom du step que vous souhaitez revoir. N’hésitez pas à ralentir la vidéo (en bas à droite > paramètres > vitesse de lecture) !
Vous voulez creuser dans les archives ? En savoir plus sur les danseurs et danseuses de swing de la première génération ? On vous recommande les chaînes Savoy Hop, et Vintage Swing Dance, qui rassemblent les principaux clips des années 1930 aux années 1950, dont beaucoup d’extraits de films dont certains sont rares.
Ou alors, est ce que vous voulez juste en prendre plein les yeux ? La chaîne de l'ILHC regroupe toutes les vidéos des Championnats Internationaux de Lindy Hop de 2014 à 2019. Vous y trouverez plein de catégories (junior, team, strictly, showcase, all star, etc) et découvrirez toutes les possibilités de pratiquer ces danses. L’équipe Jazzy Feet vous a aussi préparé une sélection aux petits oignons de ses vidéos préférées dans une playlist dédiée. Enjoy !

  • Sur Instagram : vous pouvez consulter Social Swing TV, une chaîne qui compile un peu de tout ce qui se fait dans les communautés autour du monde ! Vidéos de professionnels et d’amateurs, de solo, de lindy hop, de shag, de balboa, compétitions. Vous pouvez aussi utiliser les hashtags #solojazz #swingdance #lindyhop #jazzdancing et bien d’autres, pour vous laisser surprendre !

  • Sur Spotify : explorez la discographie d’un.e artiste swing (exemple : Count Basie, Ella Fitzgerald, Duke Ellington, Billie Holiday, Jimmie Lunceford, Nina Simone, Illinois Jacquet etc), puis laissez vous guider par le moteur de recommandation. Et comme Jazzy Feet vous aime fort, on vous fait aussi régulièrement des playlists thématiques avec une dizaine de morceaux pour découvrir pas à pas.

  • Sur Twitch : la chaîne Swing Channel - créée pendant le confinement et dédiée à faire vivre la communauté swing - propose des talks en live avec les danseurs et danseuses confirmé.e.s. Ils et elles y parlent de leurs actus, de leurs pratiques, de sujets divers, et vous pouvez leur poser des questions. Les vidéos sont ensuite postées en replay. Pour retrouver l’agenda des sessions, rendez vous ici.

  • Sur le site de Jazzy Feet : Dans l’onglet “Mes Vidéos”, vous trouverez des ressources élaborées par les professeurs de l’école ! Exercices de triples steps, chorégraphies de jazz roots, de charleston et de solo blues, variations de lindy hop, breaks, jeux de jambes … il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux !


💡 Le conseil d’Amélie : “ Diversifier vos inspirations ! Ne vous focalisez pas sur les vidéos d’un.e seul.e danseur/danseuse exclusivement, cela permet de créer votre propre personnalité sans copier celle des autres “


💡 Le conseil d’Audrey : ”J'ai parfois l'impression de faire toujours la même chose dans ma danse, alors je regarde (avant ou après ma pratique) des vidéos d'inspiration et je note les choses que j'aime et que j'aimerais pratiquer. Ça peut être des vidéos d'époque ou des vidéos modernes. Mais globalement plutôt des vidéos d'impros que de chorégraphies, parce que je veux voir ce que font les danseurs dans ce cadre là.”


💡 Le conseil d’Aï : “ Je follow des playlists réputées sur Spotify et je les mets en mode shuffle. Comme ça je découvre des tubes swings différents. C’est la surprise du jour.”



Comment mesurer mes progrès ?


Gardez une trace !



Filmer, observer, corriger, recommencer ! Même en dansant face à un miroir, on ne voit pas réellement ce qu’on fait. Se regarder sur vidéo, au calme, avec un peu de recul, c’est prendre conscience des points faibles qu’on veut corriger et cela permet aussi de réaliser nos points forts, de prendre confiance en soi et s’habituer à porter un regard critique sur ce qu’on fait.
Si vous avez un ordinateur avec une webcam, utilisez le pour filmer ! Sinon, un simple téléphone fera l’affaire, mais il faudra penser à transférer vos sessions pour ne pas encombrer votre mémoire et faire de la place pour la prochaine session. Dans un cas comme dans l’autre, filmez vous en entier (et pas seulement vos pieds). A la fin du trimestre ou de l’année, vous aurez ainsi une sorte de “mosaïque” de votre progression, une trace de vos efforts.

💡 Le conseil d’Audrey : “ Je sais que c'est toujours très difficile de se regarder danser, mais une fois qu'on passe le cap de se regarder, on s'habitue ! Avant quand je m'entrainais dans une salle avec miroir, je ne me filmais jamais. Mais là je vois vraiment que c'est beaucoup plus constructif de se filmer, c'est là où on se rend vraiment compte du rendu ”

💡 Le conseil d’Anabela : “ Quel que soit ce que je travaille, je me demande " Est-ce ce que je suis assez précise dans mes mouvements et dans le rythme, ou est ce que je suis encore brouillon ? “ En fonction de la réponse j’essaye de comprendre pourquoi. Cela me permet de déterminer l'axe de travail à venir ensuite pour progresser ! ”


💡 Le conseil de Leïla : “ J’utilise un Trello (tableau en ligne) sur lequel je garde tous les points que je veux travailler, et toutes les références que je veux utiliser. J’ai un système de notation avec des couleurs : rouge pour “à faire”, orange pour “en cours”, et vert “fait”. Je ne supprime jamais rien parce que c’est toujours bon de revenir sur des choses quelques semaines/mois après et de voir ce qui est resté ”


💡 Le conseil d’Aï : “Je filme par petit bout mes moments de pratique et je poste les vidéos sur mon instagram privé, créé au début du confinement. En commentaire, je note le programme de pratique, mes impressions, mes interrogations, ce qui a bien marché ou non, ce que j’aimerais pratiquer la fois d’après.”



❤️ Pour terminer, n’oubliez pas que certains jours seront off, seront “meeeeh” parce que vous êtes fatigué.e.s, que vous n’aurez pas l’envie ou l’énergie de danser, et que finalement, ça n’est vraiment pas grave. Rappelez vous aussi que c’est normal de rater mille fois un step, et de s’énerver tout.e seul.e parce que vous n’arrivez pas à faire quelque chose. La danse nous apprend aussi à être persévérant.e.s et indulgent.e.s avec nous mêmes ! ❤️